top of page

Éducatrice spécialisée, un mode de vie...

Dernière mise à jour : il y a 5 jours


En cliquant sur l'image ci-dessous, tu pourras consulter cet article dans la toute

1re édition d'Avril 2024 de la revue officielle en éducation spécialisée au Québec.


Éducatrice spécialisée

La  vie  n’est  que  changement,  c’est  une  certitude.  Tout  change  tout  le  temps.  S’adapter  à l’impermanence  est  alors  fondamental  pour  avoir  une  vie  satisfaisante  et  continuer  de s’épanouir  de  façon  optimale  au  quotidien.  À  certains  moments  dans  la  vie  d’une personne,  le  besoin  de  faire  appel  à  un  spécialiste  en  adaptation  humaine  pour  se  faire accompagner   devient  une  nécessité.  En  mode  relation  d’aide,  l’éducateur  spécialisé  utilise ses  connaissances  et  son  expérience  de  terrain  pour  arriver  à  transformer  les  limites  en possibilités.  Son  principal  outil:  son  savoir-être.

 

Cette  compétence  essentielle  s’acquiert  au  fil  du  temps  par  l’éducation,  l’environnement, les  relations  entretenues  avec  les  autres  et  avec  soi-même.  Elle  peut  être  teintée  de certains  traits  de  caractère  plus  ou  moins  innés  ainsi  que  de  nos  valeurs,  ce  qui influencera  le  style  d’intervention.

 

Il  est  de  notre  responsabilité  d’affiner  constamment  cet  outil.  Cela  passe  par  le  développement  de  différents  aspects  du  savoir-être  qui  seront  révélateurs  de  la  qualité des  services  qui  pourront  être  offerts  à  la  clientèle.  S’assurer  d’être  soi-même  cohérent en  étant  un  modèle  et  ne  pas  avoir  à  emprunter  l’expression  « faites  ce  que  je  dis, mais  ne  faites  surtout  pas  ce  que  je  fais”  pour  être  crédible  et  ainsi  faire  honneur  à la  profession.

 

Voici  5  piliers  du  savoir-être  qui  influenceront  la  capacité  à  intervenir  adéquatement  auprès  de  la  clientèle  et  qui   sauront  aussi  guider  l’éducateur  vers  l’accomplissement  dans  sa  vie  personnelle:

 

 

1.  Connaissance  de  soi


Pour  maximiser  son  potentiel  humain  en  travaillant  avec  ce  que  l’on  est  et  pouvoir  offrir un  accompagnement  optimal,  la  connaissance  de  soi  est  indispensable.  Identifier  ses forces  et  ses  talents  permet  non  seulement  au  spécialiste  de  s’épanouir  mais  également au  solliciteur  d’en  tirer  profit.

 

Savoir  reconnaître  ses  propres  failles,  les  admettre  et  se  rendre  vulnérable  en  osant faire  appel  à  des  collègues  est  une  force.  Il  sera  alors  possible  de  développer  des stratégies  palliatives  qui  débloqueront  l’accès  à  des  manières  de  faire  plus  appropriées pour  l’autre  afin  de  l’orienter  selon  ses  réels  besoins  et  non  pas  selon  les  limites  de notre  ego.  Ce  processus  d’introspection,  qui  se  doit  d’être  continu  et  en constante évolution,   demande  de  l’humilité  et  permet  de  choisir,  en  pleine  conscience,  la couleur  et  la  nuance  souhaitée  de  nos  interventions.

 

Les  frontières  de  notre  individualité  ayant  été  délimitées,  il  est  de  notre  devoir  d’agir  avec  assertivité  pour  respecter  ses  limites  et  les  faire  respecter.  Cela  devient  aussi  un  moyen  de  transmettre  des  compétences  par  le  biais  de  l’apprentissage  vicariant.  Intervenir  sans  envahir  et  sans  se  laisser  envahir.   Savoir  être  en  relation,  avec  les autres  mais  d’abord  avec  soi-même.

 

 

2.  Relation  à  soi-même


Au-delà  du  fait  que  prendre  soin  de  soi  en  adoptant  de  saines  habitudes  de  vie  soit  la base  d’un  bien-être  et  du  maintien  d’une  bonne  santé  mentale,  le  discours  interne contribue  à  un  mieux-être.  Ce  mécanisme  autorégulateur  influence  notre  conduite  de manière  positive  ou  négative.  Selon  sa  nature,  il  pourrait  devenir  un  obstacle  à  nos aspirations  de  vie  en plus  de  devenir  une  entrave  à  nos  actes  d’interventions.

 

Freiner  ses  élans  d’action  lors  d’une  co-intervention  en  ne  prenant  pas  sa  place  de  peur  d’être  inadéquat,  ne  pas  proposer  une  idée  car  nous  croyons  qu’elle  ne  vaut  pas  la peine  d’être  exposée,  s’autocritiquer  de  manière  excessive  et  non  constructive  sont  tous des  exemples  de  pièges  à  éviter.  L’autocompassion  et  l’autobienveillance  sont  deux solutions  à  ne  pas  utiliser  avec  modération  pour  éviter  de  s’autosaboter  autant  dans  sa  vie  personnelle  que  professionnelle.  Ils  sont  d’ailleurs  deux  attitudes  à  privilégier  et  à  prescrire  à  quiconque  utiliserait  un  discours  négatif  envers  lui-même.

 

Agir  avec  soi-même  comme  nous  le  ferions  avec  nos  proches  s’avère  indispensable  pour se   donner  l’opportunité  d’offrir  le  meilleur  pour  le  bénéfice  de  la  clientèle  en  plus  de transformer  sa  relation  à  l’autre.

 

 

3.  Relation  à  l’autre


L’humain  est  un  être  social  qui  a  besoin  de  ses  semblables  pour  vivre.  La  création  de liens  est  déterminante  pour  se  développer.  Elle  est  la  clé  pour  faire  croître  une  relation de  confiance  et  accompagner  les  personnes  encore  plus  loin  dans  la  réponse  à  leurs besoins  ou  l’atteinte  de  leurs  objectifs.

 

Au  moment  opportun,  cette  alliance  ainsi  créée  rend  parfois  possible  la  confrontation pour  placer  le  sujet  devant  sa  réalité.  Suscitant  souvent  de  vives  réactions,  et  ce,  même si  fait  avec  tact  et  bienveillance,  le  lien  saura  supporter  la  zone  de  turbulence  provoquée.

 

Accueillir  ces  résistances,  sans  absorber  les  affects  qui  ne  nous  appartiennent pas, assure  une  qualité  de  présence  et  fixe  le  cadre  des  interactions  de  façon  saine.  Cela confère  à  l’autre  la  responsabilité  de  s’autoréguler  et  de  se  positionner  face  aux  différents  stimuli  qui  se  présentent  à  lui.

 

 

4.  Responsabilisation


Il  est  parfois difficile  de  ne  pas  trop  s’investir  pour  quelqu’un  d’autre.  La  ligne  est  mince entre  orienter  une  personne  vers  sa  liberté  d’action  dans  le  but  de  lui  faire  prendre  ses responsabilités  versus  la  prise  en  charge.  Un  autre  piège  qui  nous  guette  non  seulement lors  de  l’exercice  de  notre  métier  mais  aussi  dans  la vie  de  tous  les  jours.

 

Repérer  les  brèches  dans  le  discours  entendu  et  saisir  ces  occasions  pour  amener  à  la prise  de  conscience  est  une  habileté  à  développer.  Mettre  en  lumière  les  forces  et  les compétences  jusqu’ici  ignorées  ou  sous-exploitées  chez  l’autre  est  de  mise  pour  ne  pas s’octroyer  une  mission  de  sauvetage  et  ainsi  « flirter »  de  trop  près  avec  l’usure  de compassion.  L’éducateur  est  un  jardinier  qui  sème  des  graines  dans  un  autre  terreau que le  sien  mais  a  l’obligation   de  respecter  le  rythme  à  lequel  ces  semences  seront  prêtes à  germer.

 

Notre  travail  est  de  tenter  de  faire  naître  l’élan  qui  propulsera  le  receveur  à  accepter entièrement  la  réalité  de  sa  vie.  Cette  poussée  qui  l’orientera  vers  l’autonomie  en  lui  donnant  envie  de  se  réaliser.  Susciter  ce  désir  de  responsabilisation  pour  que  le  demandeur  d’aide  prenne  la  relève  et  continue  de  labourer  son  jardin  en  s’appropriant son  pouvoir.  L’aider  à  s’intégrer  avec   les  autres  afin  qu’il  puisse  nourrir  un  sentiment d’appartenance  le  menant  à  l’estime  de  soi,  à  l’autodétermination.

 

 

5.  Autodétermination


Cette  estime,  qui  donne  des  ailes,  propulse  pour  faire  face  à  la  réalité  et  les  défis  qui s’imposent.  Elle  est  l’essence  qui   permet  d’oser  affronter  ses  peurs,  une  à  une,  pour atteindre  des  buts  réalistes  en  lien  avec  ses  compétences  et  champs  d’intérêts.  

 

Arrivés  au  sommet  de  la  pyramide  des  besoins,    c’est  ici  que  l’éducateur  se  prépare  à débarquer  lors  du  prochain  atterrissage  et   mettre  fin  à  ce  partenariat.  Chacun poursuivra  le  voyage  de  sa  vie  en  vaquant  à  son  accomplissement,  à  son  bonheur.  

 

Pour certaines  personnes,  cela  signifie  parfois  quitter  un  mode  de  survie  pour  enfin  vivre  une  vie  épanouissante  ayant  du  sens.  Cultiver le désir  de  se  dépasser  et  l’audace  de  réaliser  ses  rêves  devient  alors  une  motivation  intrinsèque.  Peut-être rencontreront-elles sur cette nouvelle route d’autres enjeux limitants qu’elles sauront balayer du chemin en les transformant en tremplin vers cette étincelle qui fait vibrer, cet élan vital qui donne envie à l’humain de rayonner autour de lui en se sentant pleinement accompli.   


226 vues0 commentaire

Yorumlar


bottom of page